• foundation arnaud lens crans exhibition 1984

    Le Diable, la plume et le pinceau/ René Auberjonois, Paysage d’hiver à Lens, 1906, gouache sur carton brun, marouflée sur bois © Coninx-Stiftung, Zürich

  • art center valais exhibition muret 1985

    Le Diable, la plume et le pinceau/ Albert Muret, Etude de champ de seigle, 1902. Huile sur toile, collection privée © Robert Hofer, Sion

  • art center lens valais exhibition muret auberjonois 1986

    Le Diable, la plume et le pinceau/ Albert Muret, Cimetière à La Colline du Châtelard, 1902, aquarelle, Commune de Lens © Robert Hofer, Sion

  • foundation pierre arnaud lens valais crans 1987

    Le Diable, la plume et le pinceau/ René Auberjonois, 2ème idée du réveil de la Princesse, 1918, crayon, aquarelle sur papier, © François Bertin, Grandvaux

  • foundation pierre arnaud lens romantism diday 1906

    Romanticism/ François Diday, Paysage de montagne, s.d. Huile sur toile, Collection privée © François Bertin, Grandvaux

  • foundation pierre arnaud lens art center romantism 1908

    Romanticism/ Gustave Doré, Paysage d'Ecosse, Ca. 1875-1880, Huile sur toile © Musée du monastère royal de Brou. cl. Hugo Maertens

  • foundation pierre arnaud lens modern art museum romantism 1907

    Romanticism/ Caspar Wolf, L’intérieur de la grotte des ours près de Welschenrohr, 1778, Huile sur toile © Kunstmuseum Solothurn

  • art center lens valais modern art romanticism 1988

    Romantisme/ Johann Heinrich Füssli Solitude dans le crépuscule du matin, 1797-1799 Huile sur toile © 2013 Kunsthaus Zürich

Le Diable, la plume et le pinceau

Auberjonois, Muret,Ramuz et Stravinsky

6 novembre - 6 décembre 2015

La Fondation Pierre Arnaud rend hommage à quatre artistes qui ont tous séjourné à Lens : le peintre Albert Muret, qui s’y établit de 1902 à 1919, le peintre René Auberjonois qui sillonna le Valais, l’écrivain Charles-Ferdinand Ramuz qui y écrivit son premier roman valaisan et le compositeur russe Igor Stravinsky à qui l’on doit le révolutionnaire Sacre du printemps. En collaboration avec l’association Les Amis de Muret, la Fondation Pierre Arnaud présente un projet en trois volets : une publication, une exposition et, nouveauté dans la programmation du Centre d’art, un spectacle grandiose : L’Histoire du Soldat de Ramuz et Stravinsky.

L’exposition

L’exposition présente des œuvres majeures de René Auberjonois et d’Albert Muret. Tout en étant amis, les deux artistes ont une approche de la peinture que tout oppose. Christophe Flubacher, directeur scientifique du Centre d’art et commissaire de l’exposition, invite le visiteur à une nouvelle lecture de leurs œuvres sous l’œil de Charles-Ferdinand Ramuz. Grand admirateur de Cézanne, Ramuz a publié une brève et fondamentale analyse de son œuvre. Il admirait notamment son art de peindre la Provence avec un regard neuf, débarrassé de toute influence folklorique et de tout cliché.

L’Histoire du soldat

A l'époque où ils rédigeaient le livret de l'Histoire du Soldat, Ramuz et Stravinsky ont brièvement séjourné à Lens chez Albert Muret à la fin mai 1918, deux jours où, sous la joyeuse convivialité des échanges, les poétiques respectives des artistes se sont précisées. L’Histoire du soldat raconte comment, sur le chemin du retour chez lui, un soldat en permission rencontre le Diable, qui le convainc d’échanger son violon contre un livre qui prédit l’avenir. Séduit, le soldat cède, devient riche, mais malheureux. Un long chemin débute alors qui le conduit à récupérer son instrument et sa vraie vie. Ramuz transpose en Suisse romande le thème folklorique du pacte avec le diable, Stravinsky s’inspire à la fois de musiques populaires et des innovations en vogue à l’époque, jazz et tango notamment. Pour la création de l’Histoire du soldat à Lens, la Fondation Pierre Arnaud a fait appel à Julie Beauvais, qui assure la mise en scène. S’inspirant de l’audace qui caractérisait l’œuvre au moment de sa création, elle a choisi d’en moderniser la forme et d’inviter le spectateur à déambuler dans un espace réinventé pour l’occasion. Plongé dans une installation d’art contemporain qui occupe tout le rez-de-chaussée de la Fondation, l’orchestre interprète en direct l’œuvre de Stravinsky. Le public suit les évolutions d’un danseur qui incarne le parcours du soldat. Le diable, imprévisible et immatériel apparaît et disparaît en différents points de l’espace. René Auberjonois, avec sa palette terne et sa peinture de guingois, invite le spectateur à reconsidérer des paysages familiers, dans l’esprit de la démarche de Cézanne. Fondamentalement différente, la peinture d’Albert Muret s’attache à restituer les us et coutumes des Valaisans, saison après saison. Les œuvres exposées correspondent à deux visions très différentes mais complémentaires du Valais. Elles montrent également à quel point l’écriture de Ramuz se situe à l’intersection de ces deux attitudes antagonistes. L’écrivain observe son pays à la manière d’Auberjonois, mais le raconte dans un style qui rappelle la peinture de Muret.

Histoire du soldat, installation pour orchestre et danseur

Mise en scène : Julie Beauvais // Chef d’orchestre : Michaël Wendeberg // Danseur : Louis-Clément Da Costa // Comédienne : Servane Ducorps // Direction des films : Matthew Stone

Le livre

Après Albert Muret, Dilettante magnifique (2010), ce livre constitue le deuxième volume d’importance publié par l’Association «Les Amis de Muret» (Lens). Il rend compte de la présence d’artistes d’importance dans le village de Lens au début du XXe siècle: Les peintres Albert Muret et René Auberjonois, l’écrivain Charles-Ferdinand Ramuz et le musicien Igor Stravinsky.

L’ouvrage se propose de commenter les hasards et circonstances des rencontres et les collaborations croisées de ces artistes, et d’éclairer un moment particulièrement crucial de l’art international et suisse dans le contexte de la première Guerre mondiale.

Il met également en évidence ce que nos goûts, nos esthétiques, nos pratiques artistiques, notre temps leur doivent. De ce fait, tout en étant pour partie lié à l’exposition et au spectacle qui ont lieu à la Fondation Pierre Arnaud en novembre 2015, le livre est également pensé comme une œuvre autonome au service de l’histoire de l’art et de la culture. Noël Cordonier, directeur éditorial a fait appel à une palette de spécialistes, afin de présenter, sous une forme accessible et dans un livre richement illustré, des recherches inédites sur les liens que ces artistes ont entretenu les uns avec les autres.

Représentations du 7 novembre au 6 décembre 2015

les vendredis et samedis à 19h30, les dimanches à 16h

Réservations en ligne (dès le 10 septembre)

www.fondationpierrearnaud.ch ou par téléphone 027 483 46 14

Prix des places (debout) - CHF 35.-

Pack Muret exposition et spectacle - CHF 50.-

Pack Ramuz exposition, spectacle et repas à L'Indigo - CHF 100.-

Pack Stravinsky spectacle et repas - CHF 80.-

Romanticism

The Melancholy of Stones

December 19 2015 - April 17 2016

Romanticism swept across Europe at the end of the 18th century. Sending shockwaves from Germany and England, it shook the roots of artistic conceptions from literature to music and painting. It advocated artists’ individual freedom in reaction to the strict rules of Classicism, and substituted passion and feeling for the supremacy of ‘reason’. This ground-breaking approach was inspired by heightened awareness of human destiny and the ephemeral nature of all things, including nature’s apparently most indestructible element: stone. Man and stone meet the same fate: all will decay and return to dust. The Pierre Arnaud Foundation’s exhibition stages this double tragedy in two acts. The show begins with towering mountain peaks and soaring cathedral spires - man is the Romantic hero figure scaling summits, conquering nature and building spectacular monuments. Part Two then tells the story of the slow yet relentless deterioration: fatal erosion, storm-shattered mountains and buildings falling into ruin. The first casualty of the passing of time is man - the fallen hero who now rests beneath a stone that has become his tomb. Highlighting an original and hitherto unexplored theme, the show brings together works by some of the great European Romantic artists such as Alexandre Calame, Carl Gustav Carus, François Diday, Gustave Doré, Johann Heinrich Füssli, Théodore Géricault, Francisco Goya, Victor Hugo, Philips James Loutherbourg, John Ruskin, Caspar Wolf, etc.

  • Calendar
    • Exhibition:

      Installation in progress

      Events:

      None on that day
  • Opening times
    • Art Center (during the exhibition times)
      WED—SUN10:00–19:00

      Closed Mondays and Tuesdays

      Restaurant
      WED—SAT10:00–
      Last order 21:30
      SUN10:00–19:00


      Closed Mondays and Tuesdays
  • Contact
    • Pierre Arnaud Foundation
      Centre d’Art, Lens ⁄ Montana
      P.O. Box 39
      1, route de Crans
      1978 Lens, Switzerland

      Tel : 027 483 46 10
      info fondationpa.ch


      Restaurant L’Indigo
      Tel: 027 483 46 11
  • Follow us